La Dépêche Du Midi – Olivier Bellamy “Le Petit Prince”.

La Dépêche du Midi – Olivier Bellamy “Le petit Prince”.

Jeudi 17 Janvier 2019

Propos recueillis par Jean-Marc Le Scouarnec

Sur Radio Classique, il donne la parole à des personnalités d’horizons très divers (Françoise Fabian, Franck Dubosc ou Maxime Chattam récemment) afin qu’elles parlent de musique et choisissent leurs morceaux préférés. Le tout dans un registre paisible, loin de l’actualité déchaînée, sur le ton de la confidence. Egalement écrivain (il a publié nombre d’ouvrages sur le classique… et « Requiem pour un chat », l’an dernier chez Grasset), Olivier Bellamy a pris goût à un autre exercice, celui de récitant, qu’il a déjà pratiqué plusieurs fois avec l’Orchestre du Capitole.

Quel plaisir éprouvez-vous comme récitant ?

J’ai toujours aimé la scène. Petit, je faisais du théâtre. Et c’est resté chez moi comme quelque chose d’assez naturel. J’ai présenté beaucoup de concerts pour Radio Classique. Je ne vois pas de frontières entre l’écriture et la parole, la radio et les représentations publiques. Dans tous les cas il s’agit de faire partager quelque chose.

« Le Petit Prince » était-il un de vos livres de chevet ?

C’est un chef-d’œuvre, que j’ai découvert étant enfant. L’an dernier, j’en avais déjà lu des extraits avec un flûtiste du Capitole, pour des enfants malades. A certains moments, c’est si beau, si émouvant que j’en avais la gorge serrée. J’ai relu « Le Petit Prince » dans le train et l’effet a été le même : je me suis mis à pleurer comme une madeleine.

Cette fois-ci, le contexte de lecture est différent…

Il y aura l’ensemble de l’orchestre et cette musique du compositeur toulousain Thierry Huillet, qui est épatante, mélange très réussi de profondeur et de simplicité. Il a compris que ce qu’il y a de plus élevé en art doit s’adresser à tous.

Le message du « Petit Prince » semble très loin de ce que la France vit aujourd’hui…

« Le Petit Prince » a des résonances avec l’actualité. Notre jeune héros visite plusieurs planètes pour finalement arriver sur Terre. Je ne veux pas faire de politique mais on a envie de dire à ceux qui se plaignent en ce moment d’aller vivre en Inde ou en Amérique, de voir comment ils seraient traités et soignés là-bas… Les œuvres d’art nous élèvent, elles nous permettent de pénétrer la profondeur des choses. Je préfère Saint-Exupéry et Mozart aux « Feux de l’amour » et à BFM TV.

Vous retrouvez l’Orchestre du Capitole. Comment est née cette complicité ?

De mon amitié avec Thierry d’Argoubet (directeur général du Capitole, NDLR) et Tugan Sokhiev. Leur tandem a quelque chose d’unique en France. Quant à l’orchestre, c’est un modèle d’excellence solidaire. Le Capitole c’est une vraie famille. Musicalement, son harmonie est exceptionnelle. J’en aime aussi beaucoup le travail sur les cordes, pleines et chaudes, du niveau d’un orchestre russe. Et le fait que le Capitole, au-delà de la virtuosité, dégage quelque chose d’organique, comme une vraie personne qui formerait un couple avec Tugan Sokhiev.

Propos recueillis par Jean-Marc Le Scouarnec

 

« Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry, musique de Thierry Huillet, direction d’orchestre Christophe Mangou, jeudi 17 et vendredi 18 janvier (séances scolaires) et dimanche 20 janvier à 10 h 45 (complet) et 15 heures à la Halle aux Grains (place Dupuy), Toulouse. Tarifs : de 3,50 € (– 16 ans) à 20 €. A partir de 8 ans.

« L’Orchestre du Capitole est un modèle d’excellence solidaire. »

A la radio, un invité, une lettre

Tous les soirs de semaine, de 18 h à 19 h, Olivier Bellamy anime « Passion classique » sur Radio Classique. Depuis septembre, il introduit la conversation avec des personnalités par une lettre à elles adressée. « C’est une façon de faire un portrait, très personnel, tout en restant dans l’intime. Je dis ce que je pense de mon invité, ce qui me touche chez lui. J’ai constaté que très souvent les gens sont extrêmement émus. C’est ma grande joie : cette lettre comme on n’en écrit plus installe tout de suite une confiance chez l’invité. » A vérifier avec Pierre Palmade (ce soir jeudi), Eric-Emmanuel Schmitt (vendredi) ou Pierre Arditi (mercredi 23 janvier).

Source de l’article: La depêche du midi