Festival Toulouse D Ete 2012

Toulouse d’Été. L’âge d’or du tango revit avec Ciro Perez

Ciro_y_VidalToulouse d’été reçoit ce soir le guitariste Ciro Perez en quintet pour un concert de tango. Une création originale avec deux invités toulousains. À ne pas manquer.
Le guitariste Ciro Perez perpétue aujourd’hui la riche tradition du tango argentin. Celle d’une époque riche et florissante de cette musique à Buenos Aires, défendue par des artistes comme Anibal Troilo, Roberto Grela, Leopoldo Federico… Né en 1944, cet Uruguayen fixé en France a tout connu de l’histoire de la musique populaire du Rio de la Plata.
«Je joue cette musique depuis quarante ans avec les plus grands de ses interprètes, les Edmundo Rivero, Rodolfo Mederos, Toto Rodrigez, Dino Saluzzi… Le tango représente une partie importante de ma vie. Je suis arrivé en 1981 à Paris. Et je vis maintenant en Corse, à Ajaccio», souligne-t-il.


Festival_Toulouse_d_ete_2012
«Renouer avec un tango qui n’existe plus»
Ciro Perez est ce soir en concert à Toulouse avec les fidèles complices de son quartet : le guitariste Vidal Rojas, le bandonéoniste William Sabatier et la chanteuse Sandra Rumolino. Deux musiciens toulousains sont les invités de la soirée : l’accordéoniste Didier Dulieux et le violoniste Boris Paturet. «William Sabatier et Sandra Rumolino travaillent avec Ciro Perez depuis une quinzaine d’années. Le concert Revisitango est né de l’idée de vouloir continuer l’histoire de Buenos Aires sur Garonne, associée à la figure mythique de Carlos Gardel. Cette nouvelle création est grâce à la confiance que nous a accordé Alain Lacroix, le directeur du Festival Toulouse d’été. Nous voulons renouer avec ce tango qui n’existe plus et le faire sonner comme il n’existe pas encore, grâce à de nouvelles rencontres. Voilà notre défi musical», explique de son côté Alexandre Assimakopulos, le manager de Ciro Perez et de son groupe.
Didier Dulieux et Boris Paturet sont deux figures de la scène toulousaine. Le premier travaille avec Didier Labbé, le second apporte une coloration de musique classique. Le réalisateur toulousain Nicolas Simon profite de ce concert pour entreprendre un documentaire sur Ciro Perez. L’art de ce grand guitariste de tango mérite bien d’être ainsi mieux connu en Europe. Son jeu tout en finesse est de haut vol.

 

Anne-Marie Chouchan
Article Paru  dans La Dépêche du 2 août 2012  
error: Content is protected !!